Publié dans Mes chroniques, Mes lectures, Roman humoristique, Roman humoristique

La Conjuration des imbéciles – John Kennedy Toole

John Kennedy Toole – Editions Robert Laffont – 1981
Lu sous les Editions 10/18

Note : 7 /10

Quatrième de couverture

Écrit au début des années soixante par un jeune inconnu qui devait se suicider en 1969, à l’âge de trente-deux ans parce qu’il se croyait un écrivain raté, La Conjuration des imbéciles n’a été éditée qu’en 1980. Le plus drôle dans cette histoire, pour peu qu’on goûte l’humour noir, c’est qu’aussitôt publié, le roman a connu un immense succès outre-Atlantique et s’est vu couronné en 1981 par le prestigieux prix Pulitzer. Une façon pour les Américains de démentir à retardement le pied de nez posthume que leur adressait l’écrivain, plaçant en exergue à son livre cette citation de Swift : »Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à 
ce signe que les imbéciles sont tous ligués entre lui ».

Mon avis

Je dois avouer que je suis mitigée à propos de ce livre. La lecture n’est pas toujours facile et, par moment, elle m’a semblé bien longue.

Le personnage d’Ignatius Reilly m’intrigue. Il m’a autant fait rire que je l’ai détesté! Sa façon de voir les choses qui l’entourent et la vie en générale est hilarante.
Par contre, son comportement m’horripile au plus haut point. Surtout la manière avec laquelle il traite sa maman (qui est, il faut l’avouer, aussi fantasque que lui).

J’ai failli abandonner plusieurs fois la lecture de ce livre mais au final, je suis quand même contente d’avoir été jusqu’au bout. Même si, je l’avoue, ce livre est loin d’être un coup de cœur.

Citations

« Un mot de trop coule un bateau »
Platon

« Les livres sont des fils immortels qui défient ceux qui les ont engendrés »
Macauley

« Un bon livre est le précieux sang vital d’un maître d’esprit, embaumé et volontairement dissimulé comme un trésor pour servir dans une vie ultérieure »
Milton

« La nature, parfois, fait des imbéciles, mais un freluquet est toujours œuvre de l’homme lui-même »
Addison

L’auteur

John Kennedy Toole est né en 1937 à La Nouvelle-Orléans. Il exerça quelque temps le métier d’enseignant dans divers établissements universitaires des Etats de New-York et de la Louisiane.


Appelé sous les drapeaux en 1961, il séjourna deux années à Porto Rico pendant lesquelles il enseigna l’anglais aux recrues de langue hispanique et écrivit son deuxième et principal roman, La Conjuration des imbéciles.

John Kennedy Toole se suicida en 1969.

Après sa mort, sa mère poursuivit ses efforts et réussit à faire lire son roman à l’écrivain Walker Percy qui fut séduit par cette œuvre originale en 1976. Il insista à son tour auprès d’un éditeur, et le livre fut finalement publié en 1980.

Il reçut le prix Pulitzer de la Fiction à titre posthume en 1981. A la suite du succès de La Conjuration des imbéciles, sont autre roman, La Bible de néon, qu’il écrivit à l’âge de 16 ans et qui à l’époque avait été considéré comme trop immature, fut également publié en 1989.

Publicités