Publié dans Mes lectures, Policier

Le Dragon déchaîné – Effel

Effel – 180° éditions – 2018

Mon ressenti : 7/10

À Mons, c’est l’effervescence. Le Doudou se prépare. Mais, à quelques jours de l’évènement de l’année, c’est la stupeur! Saint-Georges, l’acteur principal du légendaire Combat face au Dragon, est assassiné.
Arthur Rémy, journaliste plutôt solitaire, entame une enquête qui le mène au cœur de l’organisation du Doudou, une Communauté hermétique et nébuleuse.
Très vite, un mystérieux Dragon déchaîné se manifeste. Il menace de « poursuivre son œuvre » au beau milieu des festivités, sous le regard de quarante mille participants en liesse. Arthur et son ami Didier Renuart, commissaire de police, vont tout faire pour déjouer les plans machiavéliques d’un tueur froid et déterminé. Mais le temps presse. Le compte à rebours est lancé.

Mon avis

Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre que je veux lire depuis longtemps. Quand j’ai vu qu’un auteur avait sorti un polar sur le folklore montois, je ne pouvais pas passer à côté, grande montoise que je suis. Il m’a quand même fallu attendre un an pour l’acheter, à l’occasion su salon du livre de Mons. J’en attendais peut-être trop de cette lecture, je ne sais pas, mais mon avis est mitigé.

Concernant le style polar, tout y est. L’intrigue est intéressante et il m’a fallut les dernières pages pour comprendre qui était derrière le meurtre de Saint-Georges et la tentative d’assassinat lors du Combat dit Lumeçon. La plume de l’auteur est belle, fluide, facile à lire.
Mais jusqu’à la moitié du livre, l’auteur s’est surtout penché sur le folklore en lui-même, et je me suis un peu ennuyée. J’ai appris pas mal de choses que j’ignorais, mais je n’arrivais pas à rentrer dans l’histoire.
À partir de la deuxième partie, on rentre plus en profondeur dans l’intrigue policière et là, les pages se sont enchaînées.

Quand je vous dis que je suis mitigée, c’est pour une raison particulière. Les montois qui liront ce livre seront dedans, c’est certain. Ceux qui connaissent le folklore aussi. Mais j’ai une crainte concernant les lecteurs qui ne connaissent pas du tout le Doudou. J’ai peur que ceux-ci se perdent dans les détails techniques de la préparation du folklore et en oublient l’enquête, où tout simplement se sentent totalement perdus et abandonne le livre, alors que dans l’ensemble, il est très bon.
Si vous voulez lire ce livre mais que nous ne connaissez pas du tout ce folklore montois, je vous invite à lire quelques articles sur le Doudou et peut être regarder une vidéo du combat pour vous imprégner et rentrer dans l’ambiance du livre. Car, dans ce livre, toute l’intrigue se passe quelques jours avant les festivités, mais aussi pendant le Combat même. Vous allez être transporté dans l’arène. Alors, il faut mieux connaître un petit peu le sujet.

J’ai trouvé chouette le fait de lire une histoire qui se passe dans ma ville. C’est plaisant de pouvoir se situer, voir exactement les lieux décrits. Ce livre ne m’a donné qu’une envie : être au mois de juin pour vivre mon 31è Doudou (et oui, je suis comme Obélix, je suis tombée dedans quand j’étais petite) mais sans les meurtres bien entendu.

Je souligne aussi le travail de recherche de l’auteur, on sent qu’il a passé des heures à se documenter sur le sujet. Il sait exactement de quoi il parle. C’est ce qui rend ce livre riche.

Pour ma part, ça a été un bon moment de lecture, mais mes attentes ont certainement pris le dessus sur ma lecture, ce qui rend mon avis mitigé…

L’auteur

Effel, de son vrai nom… F.L., est journaliste de formation et chargé de communication à la Ville de Mons. Grand lecteur de polars, slameur et auteur de plusieurs nouvelles, Le Dragon déchaîné est son premier roman.

Publicités
Publié dans Le mardi sur son 31, Mes chroniques

Le mardi sur son 31 #43

Ce rendez-vous est proposé par Les Bavardages de Sophie. Il s’agit tout simplement de donner une citation de la page 31 du livre que l’on est en train de lire.

Le but est de découvrir ou de redécouvrir la plume de certains auteurs.


Aujourd’hui je vais vous parler du livre Le Dragon déchaîné d’Effel.

Gabriel Degand avait certainement communiqué à son épouse sa méfiance envers la corporation des journalistes. J’avais eu le plaisir de l’interviewer à deux ou trois reprises, pas plus. Et, malgré ma bienveillance, voire la franche admiration qui devait se dégager de mes questions enthousiastes, il avait toujours gardé ses distances envers moi, comme il le faisait envers l’ensemble de mes confrères. Affable, souriant, disponible, il se gardait des journalistes comme de la peste noire qui décima la moitié de la population européenne au XIVè siècle. Une mauvaise expérience l’avait convaincu que mon métier s’apparentait au mode d’alimentation des charognards. Au tout début de sa carrière de Saint-Georges, il avait fait confiance à l’un d’entre nous un peu trop naïvement. Gabriel lui avait révélé, en « off », l’endroit, tenu secret, où le Dragon passait la nuit la veille de son trépas. Si l’information ne fut effectivement pas publiée, le Dragon fut, par contre, dérobé cette année-là, provoquant la pire panique générale de toute l’histoire du Doudou!

Publié dans Mes lectures, Roman

Danse ! – Mélody Gasnier

Mélody Gasnier – Auto édition – 2017

Mon ressenti : 9/10

Après le décès de son mari, Opaline ne pensait pas retrouver l’amour. Elle voulait seulement élever du mieux possible sa fille, Lisa, et survivre à son travail. Mais voilà, en cette semaine de rentrée en 6e, Lisa tombe sous le charme d’un professeur de danse exilé. La voilà qui veut danser.
Opaline va être entraînée dans la nouvelle obsession de sa fille. Peut-être que l’amour se trouve au bout du chemin, et qu’une nouvelle vie pour la mère et la fille se profile à l’horizon.
Danser, c’est vivre, et Opaline et Lisa vont rapidement l’apprendre.

Je tiens tout d’abord à remercier Melody Gasnier pour ce service presse.

Mon avis

J’ai découvert la plume de Melody Gasnier avec son livre Te retrouver que j’avais beaucoup aimé. Je n’ai pas pu résister à la lecture de son autre livre : Danse! et je peux vous dire que je ne suis pas du tout déçue.

Dans ce roman, j’ai fait la connaissance d’Opaline et Lisa, mère et fille. Elles essaient de se reconstruire après la tragédie qui les a frappé : Stéphane, le mari d’Opaline et père de Lisa, est décédé un an plus tôt. C’est difficile pour nos deux protagonistes d’apprendre à vivre sans lui. J’ai souvent eu les larmes aux yeux quand leur chagrin jaillissait de la plume de Melody.

Opaline déteste son travail, mais elle n’a pas le choix que de s’y accrocher, devant assurer toutes les charges d’un foyer seule. Sa patronne est une femme méchante, et celle-ci n’hésite pas à la rabaisser dès que l’occasion se présente. Le burn-out n’est pas bien loin…

Ajoutez à ça une belle famille assez envahissante, surtout la belle-soeur, qui, par certains aspects, me faisait penser à Bree Van de Kamp de Desperate Housewives. Celle-ci se mêle de l’éducation de Lisa, n’hésitant pas à faire des remarques à Opaline, soi-disant en « mémoire de son frère ». Elle m’a agacé plus d’une fois celle-là…

Bref, la vie n’était pas facile pour Opaline qui devait palier à tout, et toute seule. Mais heureusement pour elle, Lisa, du haut de ses 10 ans, est une enfant adorable, qui fait tout pour rendre la vie de sa maman plus facile.

Un jour, Lisa accompagne sa cousine à sa leçon de danse. En voyant le professeur donner cours, elle eut une révélation : elle aussi veut danser! Cela devient une obsession.
Avec de la persévérance, elle arrive à convaincre sa maman de l’emmener au cours de danse. Et pour Opaline, ce fut le choc. Il faut dire qu’Aeden, le professeur de danse, est particulièrement attirant.
Est-ce le début d’une histoire d’amour? D’une nouvelle vie pour les deux protagonistes?

La danse va beaucoup aider Lisa. Par cette activité, qui deviendra vite une passion, elle peut évacuer ses émotions. Elle se sent libre à chaque fois qu’elle danse.


Pendant la lecture de ce roman, je suis passée par toutes les émotions : la joie, la tristesse, le rire. C’est une vrai montagne russe à émotions. Il faut avoir le cœur bien accroché. Mais il est tellement fort!

Les sujets abordés sont parfois tabous. Je trouve que même aujourd’hui, c’est encore compliqué de parler du burn-out. Cette maladie, pourtant reconnue, n’est pas encore un sujet qu’on aborde facilement. Les malades se sentent souvent jugés.
Un autre sujet m’a étonnée, car c’est la première fois que je rencontre dans un roman, en tout cas écrit comme cela, c’est le terrorisme. Mais pas le terrorisme pur. Lisa, dans son cours de danse, à une amie qui ne parlait pas. On comprend par la suite qu’elle a peur d’être jugée car son papa est parti rejoindre Daesh en Syrie… Mais elle, elle n’a rien demandé… C’est rare de rencontrer cet aspect des choses dans un roman.

D’autres sujets sont abordés comme le décès, le deuil, la reconstruction, la reconversion professionnelle ainsi que la mixité sociale.

La plume de l’auteure rend tous ces thèmes abordables sans tomber dans les clichés ou le déni.

Si vous aimez des histoires dans lesquelles vous passez par toutes les émotions, ce livre est fait pour vous. C’est une véritable bouffée d’oxygène et d’espoir pour beaucoup d’entre nous. Je vous le conseille vivement.

L’auteure

Melody Gasnier est blogueuse littéraire et écrivaine.
Aussi à l’aise dans la romance que dans le fantastique ou dans le polar, elle aime varier les genres littéraires. Son dernier roman est une romance dans un univers de fantasy, mais elle écrit aussi bien du polar que de la romance LGBT ou des romans plus légers.
Elle vit à Nantes.

Publié dans C'est lundi, que lisez-vous?, Mes chroniques

C’est lundi, que lisez-vous? #41

Ce rendez-vous est proposé par Camille de I believe in Pixie Dust. Chaque lundi, nous répondons à trois questions :

  1. Qu’ai-je lu la semaine passée?
  2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
  3. Que vais-je lire ensuite?

Qu’ai-je lu la semaine passée?

Le mystère Henri Pick de David Foenkinos

En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu’elle estime être un chef-d’œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l’écrivain et apprend qu’il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n’a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses… Aurait-il eu une vie secrète ? Auréolé de ce mystère, le livre de Pick va devenir un grand succès et aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire. Il va également changer le destin de nombreuses personnes, notamment celui de Jean-Michel Rouche, un journaliste obstiné qui doute de la version officielle. Et si toute cette publication n’était qu’une machination?

Première de la classe de Michaël Millasseau

Hilarie Daignet a été première de la classe pratiquement toute sa vie ; même après avoir décroché son doctorat en histoire de l’art. Il ne peut en être autrement. Elle ne supporte pas l’imperfection et ceux qui s’y complaisent.

Un jour, elle croise Sandra, son amie d’enfance. La jeune femme sombre alors dans ses angoisses les plus noires, à la rencontre de son passé et de ces personnes qu’elle a tant méprisées. Elle ne peut que subir cette descente aux enfers. Elle sait que pour en revenir, elle devra d’abord retrouver son équilibre. Parce que dans le monde d’Hilarie, tout est question d’équilibre !

Que s’est-il passé ce jour-là, à cet instant précis où tout s’est brisé ?

Danse ! de Melody Gasnier

Après le décès de son mari, Opaline ne pensait pas retrouver l’amour. Elle voulait seulement élever du mieux possible sa fille, Lisa, et survivre à son travail. Mais voilà, en cette semaine de rentrée en 6e, Lisa tombe sous le charme d’un professeur de danse exilé. La voilà qui veut danser.

Opaline va être entraînée dans la nouvelle obsession de sa fille. Peut-être que l’amour se trouve au bout du chemin, et qu’une nouvelle vie pour la mère et la fille se profile à l’horizon.

Danser, c’est vivre, et Opaline et Lisa vont rapidement l’apprendre.

Que suis-je en train de lire en ce moment?

Le Dragon déchaîné d’Effel

A Mons, c’est l’effervescence. Le Doudou se prépare. Mais, à quelques jours de l’évènement de l’année, c’est la stupeur! Saint-Georges, l’acteur principal du légendaire Combat face au Dragon, est assassiné.
Arthur Rémy, journaliste plutôt solitaire, entame une enquête qui le mène au cœur de l’organisation du Doudou, une Communauté hermétique et nébuleuse.
Très vite, un mystérieux Dragon déchaîné se manifeste. Il menace de « poursuivre son œuvre » au beau milieu des festivités, sous le regard de quarante mille participants en liesse. Arthur et son ami Didier Renuart, commissaire de police, vont tout faire pour déjouer les plans machiavéliques d’un tueur froid et déterminé. Mais le temps presse. Le compte à rebours est lancé.

Que vais-je lire ensuite?

RéValité de Julia Galindo

Se réveiller sans aucun souvenir dans une chambre d’hôpital et devoir compter sur un SDF pour apprendre son identité, passe encore.

Être le cobaye d’une organisation secrète qui essaye de vous éliminer depuis qu’elle ne peut plus vous contrôler, ça commence à faire.

Mais craquer pour un Don Juan qui vous rend nymphomane, nourrir une mégère acariâtre, avoir un aveugle tyrannique sur le dos et devoir empêcher un savant fou de poursuivre ses expériences de manipulation génétique. Là, c’est trop !

Il est temps de passer à l’action et d’arrêter de prendre ses rêves pour la réalité…

Été 2018, Gaïa se réveille amnésique mais avec la capacité de ressentir les émotions d’autrui. Au son des cigales, de la campagne orangeoise à la Costa Brava, elle part à la chasse.

Ses souvenirs, le consortium transhumaniste qui les lui a volés, un trafiquant sans scrupules aux velléités d’eugénisme, des papillons dans le ventre… Que va-t-elle attraper dans ses filets ?

Et vous? Que lisez-vous?

Je vous souhaite une très belle semaine livresque.

Publié dans Mes chroniques, Premières lignes

Premières lignes #42

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma Lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches je vais vous citer les premières lignes de mon roman actuel.

Pour ce quarante-deuxième rendez-vous, je vais vous parler de Danse! de Melody Gasnier.

1 — Opaline

— Lisa ! On va être en retard !

Tout en criant dans l’appartement, j’attrapai rapidement les cahiers posés pêle-mêle sur la table du séjour et les fourrai dans le sac de cours de ma fille. Elle n’avait pas suivi mon conseil, celui qui lui disait de préparer la veille au soir son cartable. Je ne savais même pas de quels cahiers elle allait avoir besoin aujourd’hui. J’espérai que je n’oubliais rien d’essentiel. Nous étions deux jours après la rentrée, et j’avais déjà le sentiment d’être dépassée. Si Lisa ne mettait pas un peu du sien, cette rentrée en sixième n’allait pas seulement devenir compliquée, elle allait être impossible. Ce n’était pas certain que je tienne le coup toute l’année si j’étais obligée de lui rappeler chaque matin qu’elle devait se dépêcher, et qu’elle devait au moins préparer ses affaires plus tôt.

Publié dans Mes lectures, Suspens

Première de la classe – Michaël Millasseau

Michaël Millasseau – Librinova – 2019

Mon ressenti : 8/10

Hilarie Daignet a été première de la classe pratiquement toute sa vie ; même après avoir décroché son doctorat en histoire de l’art. Il ne peut en être autrement. Elle ne supporte pas l’imperfection et ceux qui s’y complaisent.
Un jour, elle croise Sandra, son amie d’enfance. La jeune femme sombre alors dans ses angoisses les plus noires, à la rencontre de son passé et de ces personnes qu’elle a tant méprisées. Elle ne peut que subir cette descente aux enfers. Elle sait que pour en revenir, elle devra d’abord retrouver son équilibre. Parce que dans le monde d’Hilarie, tout est question d’équilibre !
Que s’est-il passé ce jour-là, à cet instant précis où tout s’est brisé ?

Je tiens tout d’abord à remercier Michaël Millasseau pour ce service presse.

Mon avis

Hilarie, femme accomplie, se retrouve un jour dans une sale position. Elle s’est enfermée chez elle, ne veut voir personne, et laisse la saleté et la puanteur envahir son appartement. Mais qu’est-ce qui a pu se passer pour que cette femme si impeccable sombre dans cet enfer?
Pendant les 16 jours que durera cette « dépression », Hilarie repense à son enfance et à son amitié avec Sandra. Sandra, sa copine d’enfance, celle qui a compté plus que tout pendant des années. On apprend qu’elle se sont revue ce fameux soir où tout à basculé. Que s’est-il réellement passé?

Entre les chapitres, nous voyageons entre le passé et le présent. Hilarie a toujours voulu briller, être la première de la classe. Elle n’acceptait pas la médiocrité, et surtout elle n’aimait pas les gens qui étaient plus faible qu’elle (c’est à dire tout le monde), sauf Sandra… Je peux vous dire que son comportement m’a souvent horripilée. Comment est-il possible d’être peste à ce point-là?

Ce roman raconte l’histoire d’une femme plus qu’ambitieuse et qui n’avait qu’un seul objectif : être la meilleure, et à n’importe quel prix. Mais l’ambition, qui, si elle est modérée, est une qualité, est pour Hilarie son plus gros défaut. Elle prend tout le monde de haut, personne n’est jamais assez bien pour elle.
On se rend compte que ce genre de comportement est nocif, malsain. Et quand, un soir, tout bascule, c’est l’équilibre complet d’une personne qui est mis à mal…

L’auteur nous fait passer un message, on peut être ambitieux dans la vie, mais il ne faut jamais détruire ou mépriser les autres pour y arriver. L’empathie et la gentillesse sont des qualités bien plus importante que la réussite sociale ou professionnelle.

Je vous conseille vivement de lire ce roman. Il nous envoie un message assez fort sur l’équilibre émotionnel des personnes un peu (beaucoup) trop ambitieuse.

L’auteur

Michaël Millasseau est un écrivain imprégné par le cinéma américain des années 70 et 80. Il commença l’écriture avec une première nouvelle écrite à l’âge de treize ans. Suivit part d’autres nouvelles, quelques scénarios de court-métrage et la réalisation de l’un d’eux. Les sciences, les secrets de l’histoire et les questions sans réponse étant pour lui une source d’inspiration, il nous offre en 2018 le livre Ces Êtres venus d’ailleurs.

Publié dans Le petit bonheur hebdomadaire, Mes chroniques

Le petit bonheur hebdomadaire #39

Le petit bonheur hebdomadaire est un rendez-vous de Pause Earl Grey.
Le but de ce rendez-vous est de parler de mon petit bonheur de la semaine.


Ca y est! J’ai trouvé ma robe de mariée. Samedi, j’ai été avec mes deux témoins et mes belles-filles choisir ma robe, et je suis ravie car je l’ai assez vite trouvée.

Si vous comptez vous marier, où connaissez des personnes qui vont se marier, je vous conseil le magasin Les mariés d’Amélie (à Louvroil et à Arras). Vous trouverez toutes les robes possibles et inimaginables à des prix corrects. En plus, les vendeuses sont adorables et vous bichonne pendant tout le long des essayages.

Et vous? C’est quoi votre petit bonheur cette semaine?