Ce rendez-vous est proposé par LES BAVARDAGES DE SOPHIE. Il s’agit tout simplement de donner une citation de la page 31 du livre que l’on est en train de lire.
Le but est de découvrir ou de redécouvrir la plume de certains auteurs.

Aujourd’hui je vais vous parler du livre Heure H de Maxime Mainguet.

Tout en slalomant entre les voitures, Otto laissa traîner son oreille et parvint à capter quelques bribes des conversations hachées que les officiers d’ordonnance, tout aussi pressés les uns que les autres, arrivaient à entretenir au gré de leurs allers-retours. On y parlait d’un Kiegspiel, à Rennes semble-t-il, ou de simples soirées en ville. Probablement à Caen. Ou à Bayeux.
Toutes ces conversations avaient néanmoins un sujet commun, décisif : la nécessité d’éviter de se faire surprendre par des avions. Un signe des temps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s