Premières lignes est un rendez-vous initié par MA LECTUROTHÈQUE. Le principe est simple, tous les dimanches je vais vous citer les premières lignes de mon roman actuel.

Aujourd’hui, je vais vous parler du livre Dear you d’Emily Blaine.

Chapitre 1

Cinq…
Cinq… C’est le nombre de marches qui séparent le Penninsula du monde réel. Cinq marches de velours rouge, encadrées de deux statues lion, rugissant leur plaisir de faire partie de l’élite.
Personne n’entre ici par hasard. Chaque main qui pousse l’immense porte tambour le fait pour une vraie raison. La première fois que j’ai franchi ces cinq ridicules et précieuses marches, je n’était que Kat Dillon, jeune femme au chômage, cherchant à manger autre chose que des légumes en boîte. J’étais désormais Kat Dillon, employée dévouée à ses richissimes clients.
Chaque soir, un peu avant 20 heures, en passant cette porte, j’oubliais mon appartement miteux et sombre, pour plonger dans le luxueux Penninsula, hôtel cinq étoiles sur la Cinquième Avenue, à deux pas de Central Park. J’étais fascinée par ce lieu : les moulures délicates du plafond, l’éclairage tamisé, le silence à peine troublé par quelques notes de piano qui régnait dans le hall.
Un autre monde.
Tout étais toujours parfait, huilé, harmonieux. Rien à voir avec le monde réel, un monde de bruit, de drames et de lutte intestines, la réalité n’était pas douloureuse ici. Et quel que soit le problème, vous trouviez une réponse dans le confinement et le raffinement de cet endroit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s