J’ai lu cette phrase dans le roman de Marc Gervais : L’2ditrice. Celle-ci a fait écho en moi. Certainement dû au fait que je me posais beaucoup de questions à cette période. C’est vrai, pour avoir un train de vie décent, nous sommes prêts à accepter beaucoup de choses. Mais notre corps est-il d’accord avec ça ? Et notre esprit ? Toutes ces réflexions m’ont données envie d’écrire cet article.
N’hésitez pas à me faire un retour sur votre propre vision des choses.

travail

Avoir un travail, c’est important. Un travail qui paie bien ? Encore mieux !
En effet, on peut vivre décemment, s’acheter une maison, partir en vacances au moins deux fois par an. Oui mais, pendant ces longs mois durant lesquels nous travaillons, sommes-nous réellement heureux ? Faut-il s’user mentalement et physiquement, faire des heures supplémentaires quotidiennement pour vivre « bien » ? Car soyons franc, le bonheur dont je vous parle, c’est du bonheur matériel et ce bonheur, pour ma part, n’est pas réel. Il n’est pas réel dans le sens où à force de tout avoir, on en veut encore plus. Ce qui conduit incontestablement à une insatisfaction permanente.
J’ai personnellement connu ce mode de vie, cette insatisfaction mais les circonstances de la vie font que maintenant, la possession des biens matériels n’est plus le but ultime de ma vie. Avant, je vivais pour mon travail. Maintenant, je vis pour moi.

vie personnelle

Et oui, fini le « métro, boulot, dodo ». J’ai décidé de trouver un travail plus près de chez moi avec un horaire décent. Je travail de 8H00 à 16H00, ce qui veut dire que je pars de chez moi à 7H30 et que je rentre maximum à 16H30. Ayant fait pendant presque 10 ans des 6H00-20H00, je peux vous dire que ça change la vie !

Comme je disais, tout à un prix. Alors oui, je gagne un peu moins bien ma vie, mais à côté du fait que je peux enfin prendre du temps pour moi, c’est dérisoire. Enfin, j’ai le temps de faire ce qu’il me plaît, et ce à un rythme beaucoup plus régulier.

Ces effets, je les ressens aussi sur ma santé (tant physique que morale). Je suis beaucoup moins énervée, stressée. Je ne cours plus et je prends enfin le temps d’apprécier les choses. Un exemple ? La cuisine ! J’adore cuisiner mais avec un rythme de vie comme j’avais, impossible de cuisiner correctement. J’achetais la plupart du temps un plat préparé à la superette de la gare que je réchauffais vite fait en rentrant à la maison. Maintenant, je reprends plaisir à cuisiner des bons petits plats.

Un autre point important pour moi est que j’ai beaucoup plus de temps à consacrer à la lecture. Et comme vous le savez, la lecture est ma plus grande passion.

la passion : peut-on en vivre?

Comme je le disais au-dessus, ma passion est la lecture et, bien évidemment, tout ce qui s’y rapporte.

Dans mon processus de « reconstruction », le but ultime est de pouvoir en vivre et surtout, de mettre mon plus grand projet en place : ouvrir ma propre maison d’édition. Le chemin est encore long, pas toujours facile, mais la volonté et la détermination sont là et peu importe le temps que ça prendra, je peux y arriver.

Je ne vais pas développer plus ce point car il fera le sujet d’un prochain article sur le blog.

Le bien-être

Qu’est-ce que le bien-être ? Ce thème est vaste et complexe. J’ai envie de vous parler aujourd’hui du bien-être intérieur. Prendre soin de soi et surtout, prendre du temps pour soi. Nous vivons dans un monde à 100 à l’heure, nos journées ne sont pas assez longues pour stocker dans nos plannings tout ce que l’on doit faire. De temps en temps, il est bénéfique d’appuyer sur le bouton stop. L’idée n’est pas de faire de grandes choses, mais de prendre un moment à soi : prendre un bon bain moussant, couper toutes nos connexions à la technologie et se ressourcer. La marche en pleine nature est une très bonne méthode de ressourcement. Mais bien sûr, tout le monde n’a pas la chance de vivre en pleine campagne. La méditation est aussi un très bon moyen de faire le vide. J’ai découvert cette pratique il y a quelque temps et j’essaie, au moins trois fois par semaine, de m’isoler pour pratiquer cet exercice. Je peux vous dire que ça fait un bien fou.

être soi-même

Dans ce monde rempli de préjugés, le plus difficile est de rester soi-même. J’ai l’impression que beaucoup de personne n’osent plus être eux-mêmes mais essaient de changer pour plaire aux autres et satisfaire leurs attentes. J’ai été comme ça à une époque, de peur qu’on ne m’apprécie pas ou que l’on me juge. Mais ça, c’est fini. J’assume désormais la personne que je suis, avec mes qualités et mes défauts. Dans mon nouveau travail, on m’a reproché d’être trop joyeuse, trop gaie. Apparemment, quand on est joyeux, on ne prend pas son travail au sérieux. Ce qui est totalement faux. Avant, je me serais renfermée sur moi-même et aurait adopté le comportement demandé par mes supérieurs. Maintenant, j’estime que le principal, c’dst que mon travail soit fait correctement. Je ne vois pas pourquoi je devrais changer ma personnalité pour autant.

oser dire « non »

Je terminerai cet article par ce point qui pour moi, est le plus compliqué. Ce petit mot était et est encore parfois une montagne infranchissable. Quand on me demande par exemple de sortir le soir alors que je n’ai qu’une envie, être chez moi, au calme, avec un bon bouquin, et bien j’y vais quand même. Pourquoi ? Pour faire plaisir aux autres, pour ne froisser personne. J’apprends petit à petit à m’écouter et oser dire non mais c’est loin d’être évident. J’aimerai me dire que je ne fais que ce dont j’ai envie quand j’en ai envie, mais pour ce point, le chemin est encore long.

Alors voilà, cette phrase prend tout son sens et dans plusieurs domaines.

4 réflexions sur “La vie ne vaut pas la peine que l’on se rende malheureux pour être heureux

  1. Merci pour ce joli article, qui invite à réfléchir 🙂 Je me reconnais dans plusieurs de tes paragraphes, notamment sur la place que peut prendre le travail dans la vie. Des circonstances ont fait que j’ai diminué mon rythme de travail et ça fait un bien fou 🙂 La méditation, j’y pense de plus en plus sérieusement… Maintenant, j’ai hâte de lire ton article sur ton projet de création d’une maison d’édition, cela m’intéresse beaucoup !

    Aimé par 1 personne

  2. Cet article sonne tellement vrai… Je suis parfois tiraillée par mes obligations (personnelles et professionnelles qui sont assez liées, parce que je suis indépendante et que j’ai épousé mon boss…). Et je me fais discrète, notamment sur FB où j’ai l’impression que chaque commentaire est décortiqué et (mal) interprété. Apprendre à dire non est aussi un sacré défi ! Donc bravo pour le travail que tu es en train d’accomplir ! 2020 aura au moins eu un effet assez important d’introspection !
    Biz et très joyeux noël !

    Aimé par 1 personne

Répondre à Les voyages de K Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s