Premières lignes #85

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma Lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches je vais vous citer les premières lignes de mon roman actuel.

Aujourd’hui, je vais vous parler du livre Vous qui passez sous cette arcade de Carole Nanni.

CHAPITRE I
Duumvirs et effigies

Il s’était levé d’humeur sombre. Cela faisait des années qu’il n’avait plus fait de cauchemar. Celui-ci lui semblait un mauvais présage.
Depuis quelques temps, les ennuis et les contrariétés s’accumulaient autour de lui. Il en oubliait presque d’être désagréable.
Il enfila une tunique froissée qui traînait et traversa à pas lents la domus encore endormie. Seul un faible mouvement palpitait au fond d’une des cuisines.
Avec l’âge, il avait de plus en plus de mal à se réveiller. Il regarda d’un œil morne l’autel dédié aux Lares qui n’avait pas été débarrassé. Autrefois, cette
négligence l’aurait rendu furieux. Toute la Province serait accourue au garde à vous pour balayer les miettes sous ses pas. Maintenant, il détournait le regard
avec lassitude ; ses affaires, seules, étaient prioritaires.
Dans le tablinum, il s’assit devant son bureau. Les premiers rayons d’une journée qui s’annonçait chaude venaient s’enchevêtrer dans les fils scintillants du
rideau, la mosaïque claire du sol était éclaboussée d’une cascade d’or et de pourpre. Indifférent à la beauté de l’aube, il se mit à compulser sa comptabilité.
P. Status Calpurnius était un des magistrats les plus importants et le plus craint de la cité. Sa richesse foncière était énorme. C’était des terres couvertes de
champs de blés, d’oliviers et de vignes, des troupeaux innombrables de vaches et de moutons, des immeubles, des maisons et des boutiques dont la location lui
rapportait de confortables revenus. Il était aussi un des principaux armateurs de la cité, propriétaire de navires de commerce qui sillonnaient la mer en tous sens,
à la recherche des transactions les plus rentables du moment.
Outre ses bureaux près du fleuve, il possédait, avec des associés, de considérables succursales dans les principaux ports de la Méditerranée : Ostie bien-sûr, mais aussi Carthage, Éphèse, Tyr et Alexandrie. Aussi, bien qu’ils ne
l’appréciaient guère, il avait été choisi comme le patron de la puissante corporation des naviculaires, une des plus respectées sur toutes les rives du Mare Nostrum.

Mes chroniques Premières lignes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :