Premières lignes #66

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma Lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches je vais vous citer les premières lignes de mon roman actuel.

Pour ce soixante-sixième rendez-vous, je vais vous parler du livre Crime et délice de Jonathan Kellerman.

Mon meilleur ami, lieutenant à la brigade des homicides de Los Angeles, refuse de comptabiliser le nombre de meurtres sur lesquels il a enquêté. Selon lui : « La nostalgie, c’est bon pour les losers. » Je dirais qu’on doit approcher les trois cents. Accumulation nauséeuse, où le tragique côtoie le banal. une bagarre mortelle entre deux ivrognes, sous les encouragements de compagnons de beuveries ; un coup de feu ou de poignard malheureux qui vient conclure une dispute conjugale ; une rixe entre gangs rivaux, mettant aux prises des gamins à peine pubères, armés d’engins susceptibles de leur exploser entre les mains à tout instant, qui sèment la terreur à travers les vitres baissées de leur vieilles guimbardes.

Mes chroniques Premières lignes

2 commentaires Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :