Mes lectures·Policier

Le fou sur l’échiquier – Elric Gilbertson

Elric Gilbertson – Editions Le Miroir Sans Tain – 2019

Mon ressenti : 8/10

En cette fin d’année 1987, Pierre Dargaud, inspecteur de police judiciaire est chargé d’enquêter sur un étrange accident de moto dans lequel un brillant informaticien a trouvé la mort. Cette enquête va se révéler plus complexe qu’il n’y paraît et Dargaud devra faire appel à des alliés peu ordinaires.
Au-delà de la résolution de l’énigme et de ses ramifications, c’est le parfum de la fin des années 80 qui est ici subtilement distillé. Les téléphones ont des fils, internet n’existe pas, les ordinateurs commencent à s’incruster dans les entreprises mais pas encore dans les foyers où le minitel n’est en général qu’un outil accessoire. La police est cloisonnée et une inimitié règne entre les différents services. Dans ce contexte, des personnages bien campés vont évoluer, se rencontrer, s’entraider, s’affronter.

Je tiens tout d’abord à remercier Elric Gilberton pour son service presse.

Mon avis

Ce livre nous plonge dans une enquête avec comme toile de fond l’univers informatique. Vous allez me dire qu’à l’heure d’aujourd’hui, il n’y a rien d’exceptionnel à ça. Oui mais l’histoire se déroule à la fin des années 1980, au moment où l’on commence seulement à l’utiliser.
Imaginez des policiers plongés dans une enquête pour meurtre avec pour seule aide un ordinateur qui parle, mais qu’ils ne maîtrisent pas plus que ça.

J’ai bien aimé ce livre. Je trouve que l’auteur a évoqué une période intéressante avec la montée de l’informatique dans les foyers.
L’enquête est intéressante, les protagonistes sont attachants et m’on bien fait rire par leur franc parlé. Quelques répliques valent vraiment la peine d’être lues.
Tout le long de ma lecture, j’ai imaginé plein des scénarios sur l’aboutissement de cette enquête et j’avais tout faux. L’auteur arrive à nous balader jusqu’au bout. C’est ce que j’aime dans les romans policiers ; être incapable de trouver le meurtrier.
La plume de l’auteur est fluide, il aime jouer avec les mots.

Au niveau des personnages, j’ai beaucoup aimé Pierre Dargaud. C’est un flic pas comme les autres. La hiérarchie ? Il s’en fou. Il a des manières bien à lui d’enquêter, ce qui lui vaut parfois de belles péripéties. Mais c’est ce qui enrichit ce protagoniste.
La veuve Tournier m’a aussi beaucoup émue, même si on ne la croise pas beaucoup dans le livre. Elle m’a épatée par sa force de caractère alors qu’elle vient juste de perdre son mari.

Si vous aimez les policiers et le monde informatique, je vous conseille de lire ce livre, vous ne serez pas déçu.

L’auteur

Elric Gilbertson est un des trois noms de plume d’un écrivain sarthois né en 1962.
Après 30 ans comme professeur agrégé de sciences naturelles, il quitte l’éducation nationale pour créer sa propre maison d’édition, Le Miroir Sans Tain, afin de publier ses livres : deux romans et un recueil de textes.
Sous ce pseudonyme, cet auteur signe son premier roman, un roman policier, qu’il avait écrit fin des années 80, période de l’intrigue de l’histoire.
Le choix de ce pseudonyme vient de son admiration pour les auteurs de polars nordiques et c’est également un hommage à son père car étymologiquement Glibertson signifie fils de Gilbert.

2 commentaires sur “Le fou sur l’échiquier – Elric Gilbertson

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s