Mes chroniques·Premières lignes

Premières lignes #57

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma Lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches je vais vous citer les premières lignes de mon roman actuel.

Pour ce cinquante-sixième rendez-vous, je vais vous parler du livre Ce jour qui devait être le dernier de Christophe Ruaults.

I
Une vie pour rien

L’employée de la Poste esquissa un léger sourire en posant les yeux sur le permis de conduire qu’il venait de lui remettre. Il n’en fut pas surpris, il avait l’habitude. « Jean Jambart », c’était un nom pour un personnage de bande-dessinée ou un chansonnier de l’après-guerre, mais comme il n’était ni l’un ni l’autre, les gens réagissaient en général comme la postière, ils souriaient. Au moins cette fois-ci n’avait-il pas eu à décliner son identité de vive voix.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s