Premières lignes #51

Ayant pris quelques jours de vacances, je n’étais pas présente sur le blog. Je tenais quand même à mettre mes chroniques en ligne mais un problème informatique a empêché la planification automatique. Je les publie donc avec quelques jours de retard.


Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma Lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches je vais vous citer les premières lignes de mon roman actuel.

Pour ce cinquante et unième rendez-vous, je vais vous parler du livre J’écris ton nom de Sylvestre Sbille.

Toute famille possède sa part de légende. Très tôt, il est apparu que Youra serait une espèce de messie, d’élu. Cela tenait de la certitude, du fait, non pas accompli, mais à accomplir. Premier signe : il est le produit d’une immaculée conception. Les autres possèdent une famille au grand complet, avec oncles et tantes, parrains, marraines, un père et une mère pour la symétrie. Lui, il est le fruit d’une mère seule. Son père est resté dans ce lieu lointain et mystérieux, de l’autre côté de l’Europe, qui porte un nom de légende : Bassarabie. La mère a pris ses deux fils, un sous chaque bras et, comme la louve romaine, elle a erré jusqu’à trouver un lieu où s’installer.

Mes chroniques Premières lignes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :