Entretiens auteurs·Mes chroniques

Entretien avec Amandine Clemente

J’ai connu Amandine quand elle m’a proposé de lire son roman Dangerous love. J’ai beaucoup aimé ce livre et sa plume. J’ai donc enchaîné avec un autre de ses romans : L’écrivaine de l’étage du dessous, qui a été pour moi un véritable coup de cœur.

Bonjour Amandine Clemente. Je vous remercie de m’accorder cette interview. Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Je suis professeur de lettres depuis bientôt dix ans, j’ai commencé à enseigner à 21 ans après l’obtention d’un Master de Lettres Modernes. Je vis dans le sud de la France, à cagnes sur mer et je suis maman de trois petits loups qui sont les amours de ma vie : Gabriel, Lola et Nathanaël. J’écris depuis que je suis en âge d’écrire, je crois ! J’ai commencé par rédiger des poèmes, des cahiers entiers, puis un premier roman à 16 ans. Ensuite, je n’ai écrit que des romans.

J’ai eu l’impression en lisant L’écrivaine de l’étage du dessous que le personnage principal, Lilas, vous ressemble. Vous-êtes vous inspirée de vous pour construire ce personnage ?

Je me suis inspirée évidemment de ce que je connaissais : mon métier de professeur et celui d’auteur indépendant. Il est souvent difficile de concilier les deux mais la passion demeure et il m’est impossible de passer une seule journée sans écrire quelques lignes au moins. J’aime beaucoup mon métier d’enseignante même s’il est souvent source d’avis négatifs et de critiques extérieures, ce que je trouve dommage car l’investissement est énorme (pour ma part, je travaille tous les soirs et tous les Week-end pour mes élèves sauf le vendredi où je m’octroie une pause le soir) et le rôle d’un enseignant me semble primordial. J’ai donc voulu faire un clin d’œil aux enseignants dans ce roman mais également à tous les auteurs indépendants car là aussi, c’est énormément de travail et de rigueur, je crois que tous pourraient en témoigner.

Dans votre roman Dangerous love, vous parlez beaucoup de la mafia napolitaine. Comment vous est venue cette inspiration ?

L’inspiration est venue spontanément, j’ignore d’où réellement, l’idée a jailli comme ça et je m’en suis emparée.

Comment vous est venue l’envie d’écrire ?

Alors ça, c’est une bonne question. C’est venu très jeune, naturellement, instinctivement. J’ai toujours aimé lire, je pense que ça m’a encouragée.

Êtes-vous une lectrice vous-même ? Si oui, quel genre littéraire aimez-vous ?

Je lis énormément. Premièrement pour les besoins de mon métier donc beaucoup d’œuvres classiques dirons-nous de l’antiquité à nos jours, tous les genres évidemment, théâtre, poésie, roman, nouvelle…et deuxièmement pour le plaisir et là aussi, mes lectures sont très diversifiées : j’aime beaucoup la fantasy, le fantastique, les épopées, les romances, les policiers et les contes.

Vous enchaîné la parution de romans. Vous devez avoir un rythme de travail assez élevé. Combien de temps consacrez-vous à l’écriture de vos romans ?

J’écris en moyenne trois à quatre heures par jour, tous les jours. J’ai énormément de projets littéraires. J’ai déjà connu une année entière sans écrire, syndrome de la page blanche et j’espère que cela n’arrivera plus jamais, c’était très frustrant.  

Merci Amandine, pour le temps que vous m’avez consacré et votre gentillesse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s