Publié dans Mes lectures, Policier

Le Crime de Blacourt – Daphné Guillemette

Daphné Guillemette – Librinova – 2019

Mon ressenti : 8/10

Quatrième de couverture

En 1923, le tranquille village de Blacourt est ébranlé par la découverte d’un cadavre dans les bois. Il s’agit du garde-chasse Clovis Lambert, un homme d’apparence sans histoire. De qui ce crime atroce est-il l’œuvre ? Les suspects ne manquent pas.
Le commissaire Léon Carré, aussi bourru que pointilleux dans ses enquêtes, est dépêché sur place pour résoudre cette affaire. Au cœur de ce petit village de l’Oise, les qu’en dira-t-on pourraient se révéler être de précieuses sources d’information.
Cette enquête qui semblait ordinaire, devient de plus en plus complexe et confrontera le commissaire Carré à son propre passé. La vérité éclatera-t-elle ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercie Daphné Guillemette pour ce service presse.

Écrire, pour ne pas oublier

Daphné Guillemette a voulu relater dans ce roman l’enquête du meurtre de son arrière arrière grand-père, Clovis Lambert, en 1923. Celle-ci a pu se procurer le dossier de l’enquête de l’époque, ce qui a permis de documenter ce roman au plus près de la vérité.

J’ai beaucoup aimé ce roman. Ce n’est pas un policier comme ceux de maintenant. J’ai eu l’impression de retrouver l’univers des policiers d’antan, comme Georges Simenon.
J’ai adoré cette atmosphère des années 1920.

En lisant ce roman, je me suis rendu compte de tous les progrès techniques qui ont été réalisés. Ce qui est formidable car aujourd’hui, l’élucidation des meurtres est beaucoup plus facile. Et on le sait, quand un crime est élucidé, les familles peuvent faire leur deuil un peu plus facilement.

L’auteure, malgré le lien indéfectible qui la relie à l’histoire, n’est pas tombée dans le psychodrame. D’ailleurs, si je n’avais pas été au courant, je n’aurais jamais su que cette histoire était la sienne avant l’épilogue.

Les personnages sont attachants, surtout le commissaire Carré qui fait semblant d’être bourru mais qui en fait à un cœur énorme ; ainsi qu’Henri, le jeune gendarme qui va aider le commissaire dans son enquête. Il est gauche à souhait mais en même temps d’une volonté de fer. Et le commissaire, malgré son sale caractère, va le prendre sous son aile.

Si vous aimez les romans policiers construits « comme avant », n’hésitez à lire ce livre.

L’auteure

Daphné Guillemette a 29 ans et vit à Martigny en Normandie. Elle écrit depuis maintenant une dizaine d’années, mais vient de sortir son premier roman intitulé « Le Crime de Blacourt », inspiré d’une histoire vraie, celle du meurtre de son trisaïeul et signe là un polar au suspense insoutenable.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s