Publié dans C'est lundi, que lisez-vous?, Mes chroniques

C’est lundi, que lisez-vous? #30

Ce rendez-vous est proposé par Camille de I believe in Pixie Dust. Chaque lundi, nous répondons à trois questions :

  1. Qu’ai-je lu la semaine passée?
  2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
  3. Que vais-je lire ensuite?

Qu’ai-je lu la semaine passée?

La semaine passée j’ai lu 3 livres.

Quelqu’un pour qui trembler de Gilles Legardinier

Comment être un père quand on arrive vingt ans après ?
Pour soigner ceux que l’on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu’il apprend que la femme qu’il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent.
Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n’importe quel inconnu. Est-il possible d’être un père quand on arrive si tard ? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes ? Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l’aide de ceux que le destin placera sur sa route.

Les rivières souterraines de Stéphanie Lamache (la chronique sera publiée mercredi)

Normandie, fin du vingtième siècle.
Tom, la trentaine cabossée, revient du pays des morts (à moins que ce ne soit celui des fous) à la recherche d’une place dans la vie et d’un sens à son histoire. Chez Rose, le restaurant-bar-tabac-épicerie du village, il entendra des histoires d’ici et d’ailleurs.
Les Rivières souterraines, c’est l’histoire de gens qui veulent rêver leur vie mais dont les rêves ont été détruits, ou qui saccagent les rêves des autres. Entre mer et marécage, la vie secrète des rêveurs et des fous jaillit dans les silences du quotidien.
Avec leurs trajectoires souvent solitaires, Tom et les autres personnages frôlent leurs limites et celles de la société. Mais peut-on, doit-on, rejoindre la « majorité », la « norme » ?
La Normandie dont je parle n’est pas celle des cartes postales, des pommiers en fleurs et du luxe ouaté de la Côte Fleurie. Les personnages sont ancrés dans des lieux précis, mais dans des vies incertaines. Il y est question de solitude, de peurs, de marginalités, d’amitié aussi. 
Les Rivières souterraines, c’est un voyage qui est (peut-être) celui de la résilience.

On ne badine pas avec l’amour d’Alfred de Musset (la chronique sera publiée jeudi)

Que suis-je en train de lire en ce moment?

Partir, c’est mourir un peu d’Alexandre Page

1910, Igor Kleinenberg, jeune professeur d’allemand d’origine estonienne, devient précepteur à la Cour impériale de Russie. Côtoyant au plus près le pouvoir jusqu’à sa chute, il assiste aux aléas du pays, aux manigances de l’aristocratie pétersbourgeoise, au cheminement inévitable vers la révolution nationale en pleine conflagration mondiale. Témoin des traîtrises et du mépris envers l’empereur Nicolas II et sa famille, il l’est aussi du courage et de la détermination d’hommes et de femmes qui dans les plus grandes épreuves ne les abandonneront pas.
De Saint-Pétersbourg aux poussiéreuses villes d’Extrême-Orient, du soleil de Crimée aux neiges de Sibérie, Igor Kleinenberg raconte presque une décennie de la Russie dans ce qu’elle eut de tumultueux, de tragique et d’éminemment fascinant.
Dans ces mémoires fictifs foisonnants, construits à partir de témoignages du temps, s’entremêlent le portrait intime et vrai de la dernière famille régnante de Russie et l’histoire troublée d’un pays au tournant de son destin.

Que vais-je lire ensuite?

Ma prochaine lecture sera certainement La disparition de Stéphanie Mailer de Joël Dicker

30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres.
L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration.
Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque.
Avant de disparaître à son tour dans des conditions mystérieuses.

Et vous? Que lisez-vous?

Je vous souhaite une très belle semaine livresque.

Publicités

5 commentaires sur « C’est lundi, que lisez-vous? #30 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s