Mes lectures·Roman

Torrentius de Colin Thibert

Colin Thibert – Editions Héloïse d’Ormesson – 2019

Mon ressenti : 8/10

Quatrième de couverture

Au XVIIè siècle, Johannes van der Beeck, peintre néerlandais, réalise sous le nom de Torrentius les natures mortes les plus extraordinaires de son temps. Subjugué par son talent, le roi d’Angleterre, Charles Ier, charge Brigby, son émissaire, d’acquérir une de ses œuvres à n’importe quel prix. Mais Torrentius est un séducteur, un noceur invétéré, un provocateur qui travaille quand bon lui chante et vend des gravures érotiques sous le manteau. Et certains sont prêts à tout pour nuire à cette personnalité qui fascine autant qu’elle dérange. Soupçonné d’être membre de l’ordre des Rose-Croix, les instances religieuses y voient l’opportunité de punir le blasphémateur et l’écrouent après l’avoir torturé.
Si la couronne d’Angleterre l’aide à s’échapper et lui offre sa protection, Torrentius, brisé, a tôt fait de renouer avec ses excès. Mais cette fois, ses relations n’y pourront rien.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier Valentine Barbini des Editions Héloïse d’Ormesson pour ce service presse.

Une déchéance équivalente au talent artistique

Dans ce roman, l’auteur nous parle de la vie du peintre néerlandais Torrentius. Torrentius est un personnage hors du commun, qui ne suit aucune convention. Il boit trop, fréquente trop de femmes et parle à tord et à travers. Rien de très catholique en somme! Mais il a un talent fous. Au point que le roi d’Angleterre, Charles Ier, lui commande un tableau.

Mais le comportement de Torrentius va lui causer des ennuis, il est dans la ligne de mire du Bailly et celui-ci va réussir à l’emprisonner. Le roi d’Angleterre le sauve et lui propose de venir vivre dans son pays. Mais Torrentius réussira-t-il a vivre une vie normale, sans tous les excès dont il était si friand dans le passé?


J’ai eu beaucoup de plaisir à lire ce roman. L’auteur nous dépeint une histoire dans laquelle je suis immédiatement rentrée. A chaque page, je voulais savoir ce qui allait arriver au protagoniste.

Je me suis beaucoup attachée au personnage. Il est drôle par son phrasé, exubérant mais aussi attendrissant. J’ai eu mal pour lui pendant son procès et surtout les scènes de torture.

L’auteur a mis en avant les aspects de la vie au XVIIe siècle et l’importance de la religion à cette époque.

Je vous recommande vivement ce roman qui sortira demain en librairie.

L’auteur

Né en 1951 à Neuchâtel, Colin Thibert est écrivain et scénariste pour la télévision. Il a longtemps pratiqué le dessin et la gravure. En 2002, il a reçu le prix SNCF du Polar pour Royal Cambouis (Série Noire, Gallimard). Son dernier roman, Un caillou sur le toit, a paru en 2015 chez Thierry Magnier.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s