Publié dans Le mardi sur son 31, Mes chroniques

Le mardi sur son 31 #19

Ce rendez-vous est proposé par Les Bavardages de Sophie. Il s’agit tout simplement de donner une citation de la page 31 du livre que l’on est en train de lire.

Le but est de découvrir ou de redécouvrir la plume de certains auteurs.


Aujourd’hui je vais vous parler de Une guerre sans fin de Léa Clément.

Les cris de la guerre furent les berceuses de mon enfance.
La résonnance des missiles, les jets de boule de feu, l’éclat des obus incendiaires et les hurlement de ma mère rugissaient dans ma chambre pour m’endormir, et tonnaient dans le ciel de mes rêves pour me ressusciter de mon sommeil, et me rappeler que nous étions toujours en guerre.
C’était à Beyrouth, à la fin du XXe siècle.
À cette époque de ma vie, ma mère était un fusil, j’étais l’âme du canon. Le mal ne pouvant se produire l’une sans l’autre.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s