Publié dans Mes chroniques, Premières lignes

Premières lignes #12

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma Lecturotheque. Le principe est simple, tous les dimanches je vais vous citer les premières lignes de mon roman actuel.

Pour ce douzième rendez-vous, je vais vous parler de La fille qui lisait dans le métro de Christine Feret-Fleury.

L’homme au chapeau vert montait toujours à Bercy, toujours par la porte de tête du wagon, pour descendre par cette même porte à La Motte-Picquet-Grenelle dix-sept minutes plus tard très exactement – les jours où arrêts, sonneries et claquements métalliques se succédaient avec régularité, les jours sans affluence exceptionnelle, sans accidents, sans alertes, sans grève, sans arrêts pour régulation du trafic. Les jours ordinaires. Ces jours où l’on a l’impression de faire partie d’une machinerie bien huilée, un grand corps mécanique où chacun, bon gré mal gré, trouve sa place et tient son rôle.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s