Publié dans Mes lectures, Récit

Félix et la source invisible – Éric-Emmanuel Schmitt

Éric-Emmanuel Schmitt – Éditions Albin Michel – 2019

Note : 8,5/10

Quatrième de couverture

Félix, 12 ans, est désespérée. Sa mère, la merveilleuse Fatou, qui tient à Belleville un petit bistrot chaleureux et coloré, est tombée dans une dépression sans remède. Elle qui incarnait le bonheur n’est plus qu’une ombre. Où est passée son âme vagabonde? Se cache-t-elle en Afrique, près de son village natal? Pour tenter de la sauver, Félix entreprend un voyage qui le conduira aux sources invisibles du monde.

Mon avis

Vous me croyez ou non, c’est le premier Eric-Emmanuel Schmitt que je lis! Et pour une première, je ne suis pas déçue.


Me voilà dans un petit bistrot de Belleville en compagnie de Félix, 12 ans, et de sa maman Fatou. Félix adore sa maman qui est toujours joyeuse et qui essaie d’illuminer la vie des gens qui l’entourent.
Dans ce petit bistrot, appelé Au boulot, Fatou possède une fidèle clientèle. On peut dire que ce sont des personnages hauts en couleur.

Mais un jour, un évènement survient et Fatou change du tout au tout. Elle ne parle plus et passe sa vie à récurer et compter. Elle a complètement perdu sa joie de vivre.


En virant muette, Maman n’égara pas que les mots, elle perdit sa curiosité, son attention aux autres, son énergie. Son corps changea en une nuit : il passa de gracieux à lourd. Durant cette prompte métamorphose, son regard s’éteignit, sa cornée devint vitreuse, sa peau céda son éclat.


Félix se sent désemparé face à cette « nouvelle » maman. Il ne comprend pas ce qui arrive et essaie de tout faire pour l’aider à aller mieux. Heureusement pour lui, les clients du bistrot le soutiennent quotidiennement.
Mais un jour, quelqu’un va débarquer dans sa vie et va tout faire pour aider sa maman. Il arrive même à comprendre ce qu’il se passe dans la tête de Fatou. Mais comment lui venir en aide?


C’est la caractéristique de l’eau de Javel : elle ne se contente pas d’assainir, elle blanchit. Voici le point important : en choisissant l’eau de Javel, Fatou ne nous parle pas seulement de l’environnement qui la dégoûte, elle nous parle d’elle.


Et de là, la solution pour régler le problème de Fatou s’impose: il faut partir en Afrique.


Si elle doit renaître, ce sera de la terre où elle est déjà née.


Les voilà donc parti pour un séjour en Afrique! Est-ce que ce séjour sera bénéfique pour Fatou?
Félix va-t-il retrouver la maman qu’il aime tant?

Citation

« Celui qui regarde bien finit par voir.« 
Proverbe africain

L’auteur

Éric-Emmanuel Schmitt est un écrivain et réalisateur français naturalisé belge.
Normalien, agrégé de philosophie, docteur, il s’est d’abord fait connaître au théâtre avec « Le Visiteur », cette rencontre hypothétique entre Freud et peut-être Dieu, devenue un classique du répertoire international. Rapidement, d’autres succès ont suivi : « Variations énigmatiques », « Le Libertin », « Hôtel des deux mondes », « Petits crimes conjugaux », « Mes Évangiles », « La Tectonique des sentiments »… Plébiscitées tant par le public que par la critique, ses pièces ont été récompensées par plusieurs Molière et le Grand Prix du théâtre de l’Académie française. Son œuvre est désormais jouée dans plus de quarante pays.
Il écrit le « Cycle de l’Invisible », six récits qui rencontrent un immense succès aussi bien sur scène qu’en librairie. Une carrière de romancier, initiée par « La Secte des égoïstes », absorbe une grande partie de son énergie depuis « L’Évangile selon Pilate », livre lumineux dont « La Part de l’autre » se veut le côté sombre. Depuis, on lui doit « Lorsque j’étais une œuvre d’art », une variation fantaisiste et contemporaine sur le mythe de Faust et une autofiction, « Ma Vie avec Mozart », une correspondance intime et originale avec le compositeur de Vienne et « Les perroquets de la place d’Arezzo », l’un de ses plus beaux romans.
Deux recueils de nouvelles se sont ajoutés récemment: « Odette Toulemonde et autres histoires », huit destins de femmes à la recherche du bonheur, est inspiré par son premier film tandis que « La Rêveuse d’Ostende » est un bel hommage au pouvoir de l’imagination.
Grand amateur de musique et mélomane, il a également signé la traduction française des « Noces de Figaro » et de « Don Giovanni ». Il est naturalisé belge en 2008.
Multi-récompensé, que ce soit en France ou à l’étranger, il est devenu un des auteurs francophones les plus lus et les plus représentés dans le monde. Début janvier 2016, il fait son entrée dans le jury Goncourt.


Publicités

9 commentaires sur « Félix et la source invisible – Éric-Emmanuel Schmitt »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s